Thursday, 8 January 2015

OUI! OUI! OUI!

En solidarité avec le peuple français que je reproduis cet article par Ayaan Hirsi Ali sur son déconversion de l'Islam, traduit en français par Google Translate, afin excuses pour mauvaise grammaire et l'orthographe. L'original peut être lue ici.

D'abord un peu de fond sur Ayaan Hirsi Ali:

Né en Somalie, elle a pu constater les mutilations génitales féminines à la main, la cruauté cléricale, et la barbarie de la religion d'inspiration. Après avoir échappé à la Hollande, elle regarda son collègue Theo Van Gogh a été assassiné par des extrémistes islamiques pour la satire de la répression islamique de la femme et a dit qu'elle devait être leur prochaine victime. Elle avait d'abord cru que l'islam pouvait être réformé, mais vite rendu compte que ce est la «foi» lui-même qui est le problème.

Quand j'ai finalement admis à moi-même que je étais un incroyant, ce était parce que je ne pouvais tout simplement pas prétendre plus longtemps que je croyais. Laissant Allah était un processus long et douloureux pour moi, et j'ai essayé de résister aussi longtemps que je le pouvais. Toute ma vie j'ai voulu être une bonne fille de mon clan, et cela signifiait surtout que je dois être une bonne femme musulmane, qui avait appris à se soumettre à Dieu - ce qui signifiait en pratique la règle de mon frère, mon père, et plus tard mon mari.

Quand je étais un enfant, j'ai eu la révulsion de l'enfant contre l'injustice. Je ne pouvais pas comprendre pourquoi Allah, se il était vraiment miséricordieux et tout-puissant, ne tolérerait et même exiger que je suis derrière mon frère à la prière et obéir à ses caprices, ou que les tribunaux doivent tenir compte de mes déclarations intrinsèquement moins valable que son . Mais la honte et l'obéissance avaient été forés en moi de mes premières années. Je obéis à mes parents, mon clan, et mes enseignants religieux, et j'avais honte que par mes questions me semblait être les trahir.

Comme je suis devenu un adolescent, ma révolte a grandi. Il ne était pas encore une révolte contre l'Islam. Qui étais-je pour contester Allah? Mais je ne me sentais étranglée par ma famille et notre clan somalien, où l'honneur de la famille était la valeur primordiale, et semblait principalement résider dans le contrôle, la vente et le transfert de la virginité des filles. Lire des livres-même occidentaux roman trash me romans donné une vision d'un univers alternatif où les filles avaient étonnante choix.

Pourtant, j'ai lutté pour se conformer. J'ai volontairement robe dans un hijab noir qui recouvrait mon corps de la tête aux pieds. J'ai essayé de prier cinq fois par jour et d'obéir aux restrictions innombrables du Coran et de la Hidith. Je l'ai fait surtout parce que j'avais peur de l'Enfer. Le Coran énumère les tourments de l'enfer dans le détail vif: plaies, d'eau bouillante, desquamation de la peau, la chair brûlée, dissolution entrailles. Un feu éternel vous brûle à jamais pour que vos caractères de chair et vos jus bouillir, vous formez une nouvelle peau. Chaque prédicateur j'ai rencontré martelés plus de détails sur son envoûtante tableau cauchemardesque. Ce était véritablement terrifiant.

En fin de compte, je pense, c'était les livres, et les garçons, qui m'a sauvé. Peu importe combien j'ai essayé de se soumettre à la volonté d'Allah, je me sentais toujours le désir - le désir sexuel, urgent et réel, qui, même la vision de l'Enfer ne put réprimer. Il m'a fait honte de sentir de cette façon, mais quand mon père m'a dit qu'il me marier à un étranger, j'ai réalisé que je ne pouvais pas accepter d'être verrouillé à jamais dans le lit d'un homme qui m'a laissé froid.

Je me suis échappé. J'ai fini par en Hollande. Avec l'aide de beaucoup de gens bienveillants néerlandais, j'ai réussi à gagner la confiance que j'avais un avenir en dehors de mon clan. Je ai décidé d'étudier les sciences politiques, afin de découvrir pourquoi les sociétés musulmanes - les sociétés d'Allah - étaient pauvres et violents, tandis que les pays des infidèles méprisés étaient riches et paisible. Je étais encore un musulman en ces jours. Je n'avais pas l'intention de critiquer la volonté d'Allah, seulement pour découvrir ce qui ne allait donc très mal.

Ce est à l'université que j'ai perdu ma foi progressivement. Les idées et les faits que j'ai rencontré il y avait passionnant et puissant, mais ils ont également affronté horriblement avec la vision du monde avec lequel je avais grandi. Au début, quand la dissonance cognitive est devenue trop forte, je voudrais essayer de pousser ces questions à l'arrière de mon esprit. Les idées de Spinoza et Freud, Darwin et Locke et Mill, étaient incontestablement vrai, mais qu'il était donc le Coran; et je me suis promis à un jour résoudre ces différences. En attendant, je ne pouvais pas me faire arrêter la lecture. Je savais que l'argument était faible, mais je me suis dit que Allah est en faveur de la connaissance.

Les plaisirs et l'anonymat de la vie du clan-moins-Ouest étaient presque aussi séduisante que les idées des philosophes des Lumières. Assez vite après mon arrivée en Hollande, j'ai remplacé ma robe musulmane avec un jean. J'ai évité de socialiser avec d'autres Somaliens d'abord, puis avec d'autres musulmans - ils prêché à moi sur la peur de l'au-delà et prévenu que je étais damné. Des années plus tard, j'ai bu mon premier verre de vin et a eu un petit ami. Aucune vis de Hellfire m'a brûlé; le chaos n'est pas ensuivie. Pour apaiser mon esprit, j'ai adopté une attitude de «négociation» avec Allah: Je me suis dit ce étaient de petits péchés, ce qui a nui à personne; certes, Dieu ne me dérangerait pas trop.

Ensuite, les tours jumelles ont été renversés au nom d'Allah et son prophète, et je sentais que je dois choisir un camp. La justification d'Oussama Ben Laden des attaques était plus compatible avec le contenu du Coran et de la Sunna que le chœur des responsables musulmans et des penseurs occidentaux pieux qui niaient chaque lien entre le sang et l'islam. Ai-je, comme un acte de soutien ben Laden musulmane de «culte»? Ai-je l'impression que ce était ce que Dieu a commandé? Et si non, je étais un musulman?

J'ai ramassé un livre - Le Manifeste athée par Herman Philipse, qui devint plus tard un grand ami. J'ai commencé à le lire, se émerveillant de la clarté et la malice de son auteur. Mais je n'ai vraiment pas eu à. Il suffit de regarder, il suffit de vouloir le lire qui déjà voulait dire que je doutais. Avant j'avais lu quatre pages, j'ai réalisé que j'avais laissé derrière Allah il ya des années. Je étais athée. Un apostat. Un infidèle. J'ai regardé dans un miroir et dit à haute voix, en somali, "je ne crois pas en Dieu."

J'ai senti un soulagement. Il n'y avait pas de douleur mais une véritable clarté. Le long processus de voir les défauts de ma structure de croyance, et soigneusement la pointe des pieds autour des bords effilochés comme des parties de celui-ci ont été arrachée pièce par pièce, tout cela était fini. Le toujours présent perspective de levée des Flammes infernales, et mon horizon semblait plus large. Dieu, Satan, anges: ce sont tous des créations de l'imagination humaine, des mécanismes pour imposer la volonté des puissants sur les faibles. A partir de maintenant je ne pouvais étape fermement sur le sol qui était sous mes pieds et de naviguer basée sur ma propre raison et le respect de soi. Ma boussole morale était en moi, pas dans les pages d'un livre sacré.

Dans les prochains mois, j'ai commencé à aller au musée. J'avais besoin de voir des ruines et des momies et les vieux morts, de regarder la réalité des os et pour absorber la réalisation que, quand je mourrai, je vais devenir juste un tas d'os. Certains d'entre eux étaient âgés de 500.000.000 années, j'ai remarqué; si elle a pris Allah plus longue que celle de ressusciter les morts, la perspective de sa rétribution pour ma vie de plaisir semblait nettement moins plausible.

Je étais sur une mission psychologique pour accepter de vivre sans Dieu, qui signifie d'accepter que je donne ma vie sa propre signification. Je cherchais un sens plus profond de la moralité. Dans l'Islam, vous êtes l'esclave d'Allah; vous soumettez, ce qui signifie que, idéalement, vous êtes dépourvu de volonté personnelle. Vous n'êtes pas un individu libre. Vous vous comportez bien parce que vous craignez l'enfer, qui est vraiment une forme de chantage - vous n'avez aucune éthique personnelle.

Maintenant, je me suis dit que nous, les individus humains, sommes nos propres guides à bien et le mal. Nous devons penser pour nous-mêmes; nous sommes responsables de notre propre moralité. Je suis arrivé à la conclusion que je ne pouvais pas être honnête avec les autres, sauf si je étais honnête avec moi-même. Je voulais de se conformer aux objectifs de la religion - qui doivent être une personne meilleure et plus généreuse - sans supprimer ma volonté et la forçant à obéir à un réseau complexe et inhumainement de règles détaillées. J'avais menti plusieurs fois dans ma vie, mais maintenant, je me suis dit, ce était fini: je en avais assez de mentir.

Après j'ai écrit mon mémoire, Infidel (publié aux États-Unis en 2007), j'ai fait une tournée livre aux États-Unis. J'ai trouvé que les enquêteurs de la Heart-terres souvent demandé si j'avais envisagé d'adopter le message de Jésus-Christ. L'idée semble être que je devrais faire des emplettes pour une meilleure religion, plus humaine que l'Islam, plutôt que de se réfugier dans l'incrédulité. Une religion de serpents parler et jardins célestes? Je réponds habituellement que je souffre de rhume des foins. La prise chrétienne sur Hellfire semble moins dramatique que la vision musulmane, où j'ai grandi avec, mais chrétiens appels de la pensée magique pour moi pas plus que les anges et les djinns de ma grand-mère.

La seule position qui me laisse sans dissonance cognitive est l'athéisme. Ce n'est pas une croyance. La mort est certaine, remplaçant à la fois la sirène chant du Paradis et la crainte de l'enfer. La vie sur cette terre, avec tout son mystère et la beauté et la douleur, est alors à vivre beaucoup plus intensément: nous trébuchons et nous levons, nous sommes tristes, confiant, l'insécurité, le sentiment de solitude et de la joie et de l'amour. Rien n'est plus; mais je ne veux plus rien.

Ayaan Hirsi Ali - Comment (et pourquoi) je suis devenu un infidèle
De Hitchens, Christopher (2007-12-10).
L'athée Portable: Lectures essentielles pour le non-croyant (pp 477-480.).
Perseus Books Group. Kindle.

Copyright © 2007 par Ayaan Hirsi Ali.

OUI! OUI! OUI!



submit to reddit

1 comment :

  1. This action had the same motive as the murder of Theo Van Gogh -- to intimidate people into kowtowing to Islamic taboos against "blasphemy". It didn't intimidate Hirsi Ali and it looks like it's not intimidating people now.

    Not to nit-pick, but in the Je suis Charlie graphic at the end, the Persian Man Chârlî hastîm at the left is incorrect because it combines a singular subject with a plural verb. It should be Man Chârlî hastam (I am Charlie) or Mâ Chârlî hastîm (We are Charlie).

    ReplyDelete

Obscene, threatening or obnoxious messages, preaching, abuse and spam will be removed, as will anything by known Internet trolls and stalkers or by known sock-puppet accounts.

A claim made without evidence can be dismissed without evidence. Remember: your opinion is not an established fact unless corroborated.

ShareThis

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Web Analytics